L’effet préventif du café encore inexpliqué dans Parkinson

Le traitement des patients atteints de la maladie de Parkinson par la caféine n’améliore pas leurs symptômes moteurs, montrant que l’effet préventif de la consommation de café/caféine ne peut pas être expliqué par ce mécanisme.

Au cours d’un essai multicentrique contrôlé, les auteurs ont administré à des patients atteints de maladie de Parkinson (MP) depuis 1 à 8 ans, aux stades I-III de Hoehn & Yahr, soit 200 mg de caféine par jour (60 patients), soit des capsules de placebo (61 patients) pendant 6-18 mois.
La caféine a été bien tolérée, mais n’a pas amélioré les symptômes moteurs ou la qualité de vie. La somnolence a été améliorée pendant les 6 premiers mois puis cet effet de la caféine s’est atténué. La caféine a légèrement augmenté la dyskinésie et diminué les scores dans les tests cognitifs.
Cette étude confirme que le traitement des patients par la caféine n’améliore pas les symptômes cliniques de la MP et que la diminution du risque de développer une MP chez les consommateurs de café/caféine ne peut pas être expliquée par les symptômes moteurs.

Référence
Postuma RB et al. Caffeine as symptomatic treatment for Parkinson disease (Café-PD): A randomized trial. Neurology 2017 ; 89 : 1795-803.

Partager :