La consommation de café a un effet modeste, mais réel sur certains paramètres de l’obésité, en particulier chez les hommes

Une méta-analyse fait le point sur les résultats discordants des effets du café sur l’obésité. Cette étude révèle en particulier que la consommation de café contribue à réduire le tour de taille et l’indice de masse corporelle, surtout chez les hommes.

 

De larges études récentes portant sur les effets du café sur la santé ont conclu que cette boisson pourrait avoir de nombreux effets bénéfiques comme une diminution de risque de diabète de type 2, de maladies cardiovasculaires, de certains cancers (en particulier les cancers du sein, colorectal, de l’endomètre et de la prostate), ou encore de la maladie de Parkinson. Il s’avère que toutes ces pathologies comptent l’obésité parmi les causes sous-jacentes de leur apparition. Il devient donc plausible que la consommation de café puisse être associée à un risque réduit d’obésité. Toutefois, les études sur le sujet ont des résultats divergents, en termes d’effets sur l’indice de masse corporelle (IMC) qui mesure l’adiposité globale ou en termes de tour de taille qui est une mesure de l’adiposité centrale. Certains résultats pointent vers un bénéfice potentiel du café sur l’obésité tandis que d’autres montrent le contraire. Vu l’augmentation critique de la proportion de sujets obèses dans le monde, il devient alors urgent d’éclaircir le rôle du café dans cette pathologie.

Ainsi, un groupe coréen a récemment conduit une méta-analyse en compilant les données de 12 études épidémiologiques (1). Les auteurs ont inclus les études qui avaient évalué l’obésité en fonction de l’IMC ou du tour de taille. Ils ont ensuite comparé les individus avec les consommations de café les plus élevées et ceux avec une consommation faible.

Pour l’IMC, la diminution moyenne était de -0,08 (IC 95 % = -0,14 à -0,02) et le risque relatif (RR) de 1,49 (IC 95 % = 0,97-2,29). Pour le tour de taille, la réduction moyenne était de -0,27 (IC 95 % = -0,51 à -0,02) et le RR de 1,07 (95% = 0,84-1,36). Dans l’analyse des sous-groupes par sexe, les indices pointant vers une association inverse entre consommation de café et obésité étaient plus visibles chez les hommes, avec une diminution moyenne de -0,05 (IC 95 % = -0,09 à -0,02) pour l’IMC et de -0,21 (IC 95 % = -0,35 à -0.08) pour de tour de taille.

Cette méta-analyse suggère donc qu’une consommation élevée de café pourrait être modestement associée à une adiposité réduite, en particulier chez les hommes, et que son bénéfice pourrait s’ajouter à celui plus marqué d’un régime alimentaire équilibré et de l’activité physique.

 

Pour en savoir plus:

  1. Lee A, Lim W, Kim S, et al. Coffee Intake and Obesity: A Meta-Analysis. Nutrients 2019 ; 11.
Partagez: