La consommation de polyphénols apportés par le régime méditerranéen réduit efficacement le risque de dépression

Une revue récente de la littérature compilant les données de 37 études individuelles vient de confirmer les effets nets des polyphénols du régime méditerranéen, incluant la consommation de café, sur le risque de dépression chez l’adulte.

 

La dépression est une maladie psychologique qui perturbe notamment les humeurs et qui affecte actuellement environ 350 millions d’individus dans le monde. Diverses études ont montré, de manière répétée, que la consommation de café réduirait le risque de dépression, jusqu’à environ 35 % à des doses supérieures à 4 tasses par jour. Récemment, des publications scientifiques ont également suggéré que le régime dit « méditerranéen » pouvait jouer un rôle protecteur vis-à-vis de la dépression. Les chercheurs ont alors émis l’hypothèse que cet effet pourrait provenir de la richesse en polyphénols du régime méditerranéen. Dans l’optique d’approfondir cette idée, un groupe australien vient de réaliser une revue de la littérature sur le sujet (1).

Les auteurs ont inclus dans leur revue des études chez des adultes âgés de 18 à 80 ans qui évaluaient la sévérité de leur dépression en relation avec l’ingestion d’aliments contenant des polyphénols. Un total de 37 études a été pris en compte, dont 17 études expérimentales et 20 études observationnelles. Différents polyphénols ont été examinés, en particulier ceux provenant du café, du thé, du citron, des noix, du soja, des raisins, légumes et des épices. La plupart de ces études (29/37) ont observé un effet positif statistiquement significatif des polyphénols sur la dépression. Dans cette revue, les chercheurs australiens ont mis au jour des preuves suggérant que les polyphénols pouvaient efficacement réduire le risque et l’intensité des symptômes dépressifs.

En conclusion, cette première revue systématique de la littérature scientifique étudiant les effets des polyphénols sur les symptômes de la dépression a permis d’identifier des bases solides concernant le rôle des polyphénols dans la dépression. Leur rôle protecteur contre le risque et la sévérité de la dépression est en particulier très net pour des consommations élevées de polyphénols.

 

Pour en savoir plus :

 

  1. Bayes J, Schloss J, Sibbritt D. Effects of Polyphenols in a Mediterranean Diet on Symptoms of Depression: A Systematic Literature Review. Adv Nutr 2019 ; doi : 10.1093/advances/nmz117
Partagez: