La consommation quotidienne de café n’est pas associée à un risque de fibrillation atriale

Certains effets du café sur le système cardiovasculaire restent sujets à controverse. C’est le cas des éventuels liens entre sa consommation et le risque de fibrillation atriale, un trouble du cœur. En effet, les articles parus récemment mènent à des conclusions divergentes. Une étude a notamment cherché à clarifier l’association potentielle entre consommation de café et fibrillation atriale, en se basant sur l’analyse de gènes amenant des individus à boire ou non du café.

Quelques études, essentiellement observationnelles, ont donné des résultats divergents concernant le lien entre la consommation habituelle de café, contenant de la caféine, et le risque de fibrillation atriale (FA). Lors d’une fibrillation atriale, certaines parties du cœur se contractent de façon anarchique, ce qui peut mener à un AVC. Si une méta-analyse de 6 études prospectives de cohorte n’a pas montré de lien entre les deux, ce n’est pas le cas pour une grande étude danoise qui fait état d’une association entre café et FA. En revanche, une méta-analyse incluant 4 cohortes prospectives révèle que la consommation de caféine serait inversement liée au risque de FA.

Dans un dernier travail (1), les auteurs ont comparé deux populations triées selon des facteurs génétiques. Les données des individus étudiés provenaient de l’Atrial Fibrillation Consortium, une cohorte de 588 190 individus dont plus de 65 000 souffraient de FA (65 446 cas et 522 744 non-cas). Parmi les personnes de cette cohorte, les chercheurs ont sélectionné 375 833 individus et ont scanné leur génome afin de mieux comprendre les liens entre 9 mutations génétiques associées à la consommation de café et la FA. Les scientifiques n’ont pas observé de modification du risque d’être atteint d’une FA chez les individus présentant les mutations entraînant une augmentation de 50 % de la consommation de café (Odds ratio : 0,98 ; Intervalle de confiance (IF) à 95 % = 0,88-1,10). Ces résultats ont été confirmés par des analyses de sensibilité. Par ailleurs, les analyses concernant les mutations génétiques influençant la consommation de café et basées sur les niveaux sanguins de métabolites de la caféine (association faible, plus élevée, non reliée ou inconnue) n’ont révélé aucune association avec la FA.

Cette étude ne supporte pas d’association causale entre la consommation habituelle de café et la FA.

 

Pour en savoir plus:

  1. Yuan S, Larsson SC. No association between coffee consumption and risk of atrial fibrillation: A Mendelian randomization study. Nutr Metab Cardiovasc Dis 2019 ; 29 : 1185-1188.
Partagez: