La consommation de café pourrait ne pas avoir la même efficacité sur tous les types d’AVC

Selon une littérature scientifique conséquente, la consommation de café semble protectrice contre les accidents vasculaires cérébraux (AVC). Dans l’étude présentée, les auteurs ont exploré s’il y avait une réelle causalité entre café et AVC. Ils ont également montré un effet plus marqué dans les accidents ischémiques des petits vaisseaux que dans les autres formes d’AVC.

Les études épidémiologiques observationnelles ont reporté une relation entre la consommation de café et le risque d’AVC. Toutefois, on ne sait toujours pas si le café est réellement la cause de cet effet ou si cette relation est liée à des facteurs de confusion ou une causalité inverse. Les auteurs de cette étude ont réalisé une méta-analyse des études génétiques incluant plus de 90 000 consommateurs de café. Ils se sont intéressés aux divers sous-types d’AVC, comme l’hémorragie intracérébrale, l’AVC ischémique et ses sous-types. Les auteurs ont observé que la consommation de café prédite par l’étude des gènes (élevée versus peu fréquente ou inexistante) n’était pas associée au risque d’AVC. De même, au sein des consommateurs de café, les analyses IRM n’ont pas indiqué de lien causal entre la consommation de café et le risque de faire un AVC. Toutefois, dans les analyses de sous-groupes, ils ont observé un effet protecteur potentiel de la consommation de café sur l’AVC des petits vaisseaux bien que cet effet ne soit pas statistiquement significatif après correction. La question de causalité et l’effet du café sur les sous-types d’AVC reste ouverte alors que l’effet du café sur la prévention de l’AVC a été rapporté à de nombreuses reprises, y compris dans une très large méta-analyse portant sur plus de 2,2 millions d’individus.

Pour en savoir plus :

Qian Y, Ye D, Huang H, et al. Coffee consumption and risk of stroke: a Mendelian randomization study. Ann Neurol. 2020 ; 87 : 525-32.

Partagez: