Du café dans les gènes

Bien que notre matériel génétique, notre ADN, soit unique et copié à l’identique dans chaque cellule de notre corps, il s’exprime de différentes manières. En effet, sans que cela change notre ADN, il existe des changements dits épigénétiques qui modifient la façon dont les gènes vont s’exprimer dans toutes les parties du corps.

Les modifications épigénétiques sont induites par l’environnement. Cela peut donc être l’influence de signaux biologiques, l’alimentation, un traitement médicamenteux, les particules respirées, les substances appliquées sur la peau… ou tout simplement du café.
Une étude publiée dans Nature en avril 2020 suggère que cette boisson, consommée par 62 % des Français au petit déjeuner (Ifop 2018), pourrait elle aussi provoquer ces fameuses modifications épigénétiques…

Ils ont étudié la consommation de café et de thé, et le génome de 15 789 participants d’origine européenne ou afro-américaine. Ils se sont ainsi penchés plus précisément sur la possible influence de ces boissons sur les « marqueurs épigénétiques ». Ces derniers gèrent en quelques sortes l’activité ou l’inactivité d’un gène. Prenons par exemple un gène jouant un rôle dans la digestion, ce dernier peut voir son activité accroître si ses marqueurs sont modifiés. Conférant ainsi à son propriétaire une meilleure capacité fonctionnelle à digérer.

Cela expliquerait ainsi que les buveurs de café soient plus protégés contre les maladies cardiovasculaires ou aient une meilleure digestion.

En revanche, les chercheurs ne savent pas encore comment le café atteindrait ces marqueurs épigénétiques et comment il les modifierait.

 

L’étude en question : Epigenome-wide association meta-analysis of DNA methylation with coffee and tea consumption.Irma Karabegović et al. 

Partagez: