Association entre la consommation habituelle de café et de multiples maladies

Une large étude phénotypique à randomisation mendélienne n’a pas observé d’évidence marquée pour des effets bénéfiques ou négatifs de la consommation de café sur la santé. Les effets analysés seraient ainsi assez limités.

Le café est la boisson la plus consommée dans le monde après l’eau. Cependant, la question de savoir si le café est bénéfique ou non pour la santé continue d’être débattue. Les preuves actuelles du lien entre le café et la santé proviennent essentiellement des résultats d’études observationnelles et sont donc sujettes à des problèmes méthodologiques comme les facteurs de confusion et la causalité inverse.

Dans cette étude anglo-australienne, une phenome-wide association study associée à une randomisation mendélienne (MR-PheWAS) a été réalisée à partir des données de 333 214 participants appartenant à la branche White-British ancestry de la UK Biobank. Le but des scientifiques était d’examiner l’association causale entre la consommation de café génétiquement déterminée et l’ensemble du spectre des maladies. À partir du calcul d’un score de risque génétique pour la consommation habituelle de café, les auteurs ont screené les associations entre le café et les maladies dans 1 117 études de cas-contrôle.

L’analyse initiale de l’association par la phenome-wide analysis a identifié des signaux pour seulement cinq maladies. Une relation causale possible avec la consommation habituelle de café a été uniquement observée pour quatre conditions. Ces analyses ont retrouvé une augmentation de risque de 22-28 % pour l’ostéoarthrose avec un Odds Ratio (OR) de 1,23 (IC 95 % = 1,11-1,35), la catégorie « autres arthropathies » (OR = 1,22 ; IC 95 % = 1,12- 1,33) et le surpoids (OR = 1,28 ; IC 95 % = 1,05-1,56). Enfin, les signaux génétiques de la consommation de café étaient associés à une diminution du risque de saignement après la ménopause (OR = 0,72 ; IC 95 % = 0,63-0,82). La corrélation entre la consommation habituelle de café et ces quatre pathologies était également supportée par des associations phénotypiques en lien avec la consommation de café rapportée par les participants eux-mêmes. Les associations mises en évidence dans cette étude n’ont fait l’objet que de rares études observationnelles.

En conclusion, cette étude MR-PheWAS à grande échelle montre essentiellement des effets bénéfiques d’une consommation habituelle de café et les risques entraînés sont limités. Des recherches complémentaires restent nécessaires pour comprendre pourquoi les effets positifs majeurs du café sur la santé provenant d’études observationnelles ne sont pas retrouvés dans ce type d’étude.

 

Pour en savoir plus :

Nicolopoulos K, Mulugeta A, Zhou A, Hyppönen E. Association Between Habitual Coffee Consumption and Multiple Disease Outcomes: A Mendelian Randomisation Phenome-Wide Association Study in the UK Biobank. Clin Nutr 2020 ; S0261-5614 (20) 30112-6.

Partagez: