Le café et la caféine réduisent la fibrillation auriculaire

Les conséquences de la consommation de café caféiné sur la fibrillation auriculaire restent floues. Deux études prospectives récentes ont montré qu’une consommation modérée de café (1 à 7 tasses/semaine) réduisait le risque de fibrillation auriculaire aussi bien chez des adultes de la population générale que chez des seniors à risque cardiovasculaire.

L’association entre la consommation de café caféiné et la fibrillation auriculaire n’est pas tout à fait claire. Des études récentes suggèrent une association inverse uniquement pour des doses de café modérées alors que d’autres n’ont pas observé d’association. Le but de cette étude est justement de clarifier de manière prospective l’association entre la consommation de café caféiné et la fibrillation auriculaire dans deux cohortes espagnoles, la première étant constituée d’adultes issus de la population générale tandis que l’autre rassemble des patients âgés à risque cardiovasculaire élevé.

Les auteurs ont inclus respectivement 18 983 et 6479 participants des cohortes Seguimiento Universidad de Navarra (SUN) et Prevención con Dieta Mediterránea (PREDIMED). Les participants ont été divisés en 3 groupes en fonction de leur consommation de café caféiné : moins de 3 tasses par mois, entre 1 et 7 tasses par semaine et au moins 1 tasse par jour. Parmi eux, les auteurs ont identifié 97 cas de fibrillation auriculaire après un suivi médian de 10,3 ans (6,5-13,5) dans la cohorte SUN et 250 cas après un suivi médian de 4,4 ans (2,8-5,8) dans l’étude PREDIMED.

Aucune corrélation significative entre la consommation de café et le risque de fibrillation auriculaire n’a été observée dans la cohorte SUN bien qu’une possible association en forme de J puisse être suggérée. Néanmoins, une réduction significative des cas de fibrillation auriculaire de 47 % a été observée chez les participants de la catégorie intermédiaire de consommation de café caféiné (1 à 7 tasses/semaine) de PREDIMED, par rapport à une absence de consommation ou une consommation occasionnelle, avec un HR égal à 0,53 (IC 95 % = 0, 36-0,79). Les auteurs n’ont pas observé d’association pour des consommations plus élevées de café caféiné (>1 tasse/jour), avec un HR égal à 0,79 (IC 95 % = 0,49-1,28).

Dans la méta-analyse des 2 études SUN et PREDIMED, le HR pour une consommation intermédiaire de café caféiné atteignait 0,60 (IC 95 % = 0,44-0,82), sans évidence d’hétérogénéité. Des résultats similaires ont été obtenus pour l’association entre la consommation de caféine et le risque de fibrillation auriculaire.

Cette étude sur deux cohortes méditerranéennes prospectives met ainsi en lumière la réduction du risque de fibrillation auriculaire pour une consommation intermédiaire de café caféiné (1-7 tasses/semaine) y compris chez les seniors à risque cardiovasculaire.

 

Pour en savoir plus :

Bazal P, Gea A, Navarro AM et al. Caffeinated coffee consumption and risk of atrial fibrillation in two Spanish cohorts. Eur J Prev Cardiol 2020 ; 2047487320909065.

Partagez: