Les effets positifs du café sur la fonction cardiaque

Un certain nombre d’effets plutôt positifs de la consommation de café sur la fonction et la pathologie cardiaque ont été reportés. L’intérêt de cette étude récente est de contrôler les conséquences potentielles de la consommation de café au début de l’âge adulte sur la fonction cardiaque environ 25 ans plus tard.

L’impact à long terme de la consommation de café et de thé sur la fonction systolique ou diastolique du ventricule gauche n’est pas connu. Il vient de faire l’objet d’une étude récente chez des individus qui ont consommé du café en tant que jeunes adultes et ont été testés 25 ans plus tard. Les auteurs ont inclus à 2735 participants à l’étude Coronary Artery Risk Development in Young Adults (CARDIA) incluant les données de consommation de caféine, café et thé obtenues au cours de 3 visites sur 20 ans et les indices échocardiographiques disponibles à la visite CARDIA Année-25 (2010-2011). La moyenne d’âge à l’entrée dans l’étude était 25,2 ± 3,5 ans (1985-1986) ; 57,4 % étaient des femmes et 41,9 % des Afro-Américains. Dans les modèles de régression linéaire ajustée, les coefficients β obtenus en comparant la relation entre la consommation de café et la fonction systolique atteignaient respectivement les valeurs suivantes: β = -0,30 %, P < 0.05 (<1 tasse/jour); β = -0,35 %, P < 0.05 (1-2 tasses/jour); β = -0,32 %, P < 0.05 (3-4 tasses/jour); β = -0,40 %, P > 0.05 (>4 tasses/jour) comparées à l’absence de consommation. A noter, les valeurs de β les plus négatives impliquent une meilleure fonction systolique. Dans les modèles de régression linéaire ajustée, les coefficients β obtenus pour la fonction diastolique atteignaient respectivement les valeurs suivantes : β = -0,29, P < 0.05 (<1 tasse/jour); β = -0,38, P < 0.05 (1-2 tasses/jour); β = -0, 20, P < 0.05 (3.4 tasses/jour); β = 0,37, P > 0.05 (>4 tasses/jour) comparées à l’absence de consommation. A noter, les valeurs de β les plus négatives impliquent une meilleure fonction diastolique. Une consommation élevée de café (>4 tasses/jour) était associée à une fraction d’éjection du ventricule gauche moins bonne (β = -1,69, P < 0.05). Il n’y avait aucune association entre la consommation de thé ou globale de caféine et la fonction cardiaque en général (P > 0.05 pour tous les paramètres mesurés).

En conclusion, il apparaît qu’une consommation faible à modérée de café chez le jeune adulte est associée à une meilleure fonction systolique et diastolique du ventricule gauche chez l’adulte mature. La caféine ou le thé sont sans effets.

 

Référence

Nwabuo CC, Betoko AS, Reis JP et al. Coffee and tea consumption in the early adult lifespan and left ventricular function in middle age: the CARDIA study. ESC Heart Fail 2020 ; 7 : 1510-9.

Partagez: